CHAPITRE VINGT ET UN

 

 

OUVERTURE DES SEPT SCEAUX

 

 

             Ainsi, dès les premiers jours de janvier 1963, frère Branham déménagea sa famille à Tucson, Arizona, où il loua un logement puis, tout en s'attendant à Dieu, prêcha dans quelques réunions aux alentours. Il était nerveux et inquiet au sujet des événements qui venaient de lui arriver, mais un matin Dieu lui parla. Laissons-lui le soin de nous donner les détails:

 

 

L'Epée du Roi (1)

 

 

            Je partis vers l'Ouest me demandant ce qui arriverait. Je dis à ma femme chérie: "Dieu en a probablement fini avec moi, et je vais rentrer à la maison. Tu partiras avec Billy, prends les enfants, le Seigneur préparera le chemin pour toi. De toute façon, va et reste fidèle à Dieu, que les enfants finissent leurs études et élève-les dans la crainte du Seigneur".

            Elle dit: "Billy, tu ne sais pas si c'est vrai".

            Je dis: "Non, mais un homme ne peut pas survivre à ça".

            Vous avez entendu la prédication "Messieurs, est-ce l'heure?". Je m'énervais et pensais: "Qu'est-ce que ceci? Vais-je mourir? J'espère que ça va aller vite pour que je puisse vaincre cela. Je ne veux pas que cela dure longtemps". Il y a environ une dizaine de jours, j'étais tellement troublé que je ne voulais plus prêcher, ni présider quoi que ce soit, parce que je comprenais plus Cela paraissait être une chose mauvaise, mais je ne savais pas ce que c'était.

            Et un matin le Seigneur m'a dit: Monte au sommet du Sabino Canyon. Je pris un morceau de papier et ma Bible, ma femme me demanda: "Où vas-tu?".

            Je répondis: "Je ne sais pas, je te le dirai quand je reviendrai".

            Je suis donc allé dans le Canyon de bonne heure, j'ai grimpé aussi haut que j'ai pu où volent les aigles. Je regardais, une biche était là et je m'agenouillai pour prier.

            Alors que je levais les mains, le vent souffla par terre mon vieux chapeau noir. Je dis: "Seigneur Dieu, que signifie tout cela? Je ne peux le comprendre, Seigneur. Que dois-je faire? Si c'est le moment pour moi d'entrer à la Maison, laisse-moi partir là-bas où ils ne me trouveront jamais. Si je dois partir, je ne désire pas que quiconque porte le deuil pour moi. J'aimerais simplement que ma famille pense que je suis parti faire un tour, et qu'ils ne me retrouvent pas. Cache-moi quelque part! Si je dois m'en aller, alors laisse-moi m'en aller, c'est tout. Peut-être Jospeh trouvera-t-il un jour ma Bible par ici, et alors il pourra l'utiliser".

            Mes bras étaient étendus, et soudain, quelque chose toucha ma main. Je ne peux pas dire ce que c'était. M'étais-je endormi? Je ne sais pas. Suis-je tombé en extase? Je ne sais pas. Fut-ce une vision? Je ne saurais vous le dire. Cela se passa comme lors de la visitation des anges. Je regardai, et voici qu'il y avait une épée. je regardai alentour et pensai: "Qu'est-ce? Je ne suis pas hors de moi. Voici cette épée dans ma main, brillante, étincelante, scintillante dans le soleil". La garde était d'or, la poignée était enchâssée de perles et la lame soit de chrome ou d'argent était bien aiguisée. L'épée avait juste la forme de ma main. Mais j'ai toujours eu peur de ces choses. Je dis: "Une épée! Et que vais-je faire de cela?".

            Soudain retentit une Voix qui fit trembler les rochers: C'est l'Epée du Roi!

            Je dis: "Un roi, un homme chevalier avec une épée".

            Maintenant, peu importe ce que c'est. Il m'a parlé toute ma vie, depuis que je suis un tout petit garçon, Il est présent juste ici.

            La Voix revint et dit: Pas l'épée d'un roi, mais l'Epée du Roi.

            Je dis: "l'Epée du Roi? Dieu est le Roi. Et qu'est-ce que cette épée? La Parole, Elle a été remise entre tes mains".

            Puis Quelque chose me toucha et dit: Ne crains rien, ceci est ce Troisième Pull.

            Je n'ai pas entendu une voix; non, c'est comme quelque chose qui aurait parlé au-dedans de moi. Je vous dis exactement ce qui s'est passé.

            Je suis descendu de la montagne en pleurant, criant de toutes mes forces, sautant par-dessus les roches. Et j'allai dire à ma femme: "Je ne vais pas mourir, c'est mon ministère".

 HAUT DE PAGE  

 

Deux jeunes échappent à la chaise électrique (2)

 

 

            Quelques temps après, à la suite d'une réunion, je reçus un télégramme de trois pages. Il provenait de cet homme du Texas qui m'avait tant critiqué et qui avait pris lui-même la photo de l'Ange du Seigneur à Houston. C'était le neveu de Ted Kipperman qui était sur la liste des condamnés à mort. Sa femme me disait dans le télégramme: "Frère Branham, je sais que vous êtes occupé, mais mon fils va être exécuté sur la chaise électrique dans quelques jours, une jeune fille a été condamnée avec lui. notre seul espoir est que vous veniez tenir une réunion pour rassembler quelquefois à ce sujet, mais j'avais planifié d'aller à la chasse avec Monsieur MacKnelly. Je pensai: "Si je ne fais aucun effort et que je laisse mourir ces jeunes, je ne serai plus jamais capable de retourner à la chasse".

            Je suis donc allé à Houston tenir la réunion. L'homme me rencontra là-bas et me prit dans ses bras disant: "Penser que l'homme-même que j'ai critiqué vient pour sauver mon fils unique!". J'ai prêché pour essayer de sauver la vie des deux jeunes gens. Ils étaient aussi coupables qu'il était possible de l'être. Pourtant le procureur général se leva derrière moi et dit: "Il a raison, je ne crois pas que ce soit bon d'enlever la vie des gens".

            Lisez les rapports de justice! Qui sont ceux qui meurent sur la chaise électrique? ce ne sont pas les riches! Ceux-ci peuvent se payer de bons avocats, tirer les ficelles ici et là, donner des pots-de-vin à celui-ci ou à celui-là. Ce sont les pauvres diables, ces pauvres gamins comme ceux-là, qui n'ont même pas les moyens de se payer un repas décent. Ce sont eux que l'on électrocute, ce sont eux que l'on réserve à la peine capitale".

            Je dis alors: "Le premier meurtre commis sur cette terre fut celui d'un homme tué par son frère. Pourtant Dieu ne lui ôta pas la vie pour cela. Il mit même une marque sur lui afin que personne ne le tue!". Voilà comment agit le Juge Suprême. ils ont maintenant annulé la sentence de mort prononcée contre ces deux jeunes, et vont refaire le procès. Peut-être qu'on les condamnera à la détention à vie, et qu'après onze ans, ils seront libérés sur parole. Ils sont coupables, c'est certain. Ils mériteraient d'être envoyés dans un pénitencier pour leur vie tout entière. Aucun homme n'a le droit d'ôter la vie à un autre homme. Parfaitement! Je ne crois pas à cela.

            La société pour la vie humaine me donna ce qu'on appelle un Oscar ou qu'importe le nom que vous voulez lui donner, pour avoir sauvé une vie. Puis je suis revenu, et je suis allé chasser dans la montagne.

 HAUT DE PAGE  

 

Devant moi étaient sept Anges

 

 

            J'étais au Mont Sunset (28 février 1963) pour chasser. Un matin de bonne heure à la pointe du jour, comme je sortais pour examiner l'endroit où il nous faudrait aller chasser, je dis: "Frère Fred, allez sur cette montagne et j'irai sur l'autre. Je ne tirerai pas sur le sanglier, (car j'avais déjà tué mon sanglier) mais si le troupeau passe par là, je tirerai devant eux pour les faire revenir".

            Frère Fred partit et iln'y avait pas de sanglier. Il me fit signe et je descendis un grand gouffre. Le soleil commençait à poindre. J'allai de l'autre côté de la colline, ne pensant pas du tout à la prophétie. Je m'assis, et en me reposant je pensais: "Mais qu'est-il arrivé à ces sangliers?". J'étais assis comme les Indiens, vous savez, les jambes croisées, et je regardai la jambe qui était par-dessus et il y avait là un chardon. Je le retirai et je dis: "C'est bizarre. Je suis ici à quarante miles à peu près au nord-est de Tucson, et mon petit garçon Joseph est là-bas qui m'attend". Alors je vis un troupeau de sangliers sortir à environ mille mètres de moi, là-haut sur la montagne. Je jetai le chardon et je dis: "Je vais aller chercher Fred et je suspdnrai un morceau de papier pour lui indiquer de quel côté aller". Et je commençais à grimper dans la montagne, courant de toutes mes forces, quand tout à coup je pensai que quelqu'un m'avait tiré un coup de fusil. Je n'ai jamais entendu une rafale pareille. Elle a secoué tout le pays. Et quand cela arriva, il y avait devant un groupe de sept Anges. Ils formaient une constellation, trois de chaque côté et un au sommet. je fus enlevé et emporté vers eux et il me fut dit: Retourne vers l'Est d'où tu viens et par révélation et visions, Dieu ouvrira les sept sceaux cachés.

            Je rencontrai plus tard frère Fred. Il dit: "Qu'était-ce?".

            Je dis: "c'était cela!".

            "Je vais retourner à la maison, car AINSI DIT LE SEIGNEUR, les sept mystères qui ont été cachés dans la Bible pendant toutes ces années, les dénominations et tout cela, Dieu va nous dévoiler les sept mystères dans les sept sceaux". Il y avait ce cercle qui montait de la terre comme un brouillard. Et alors il s'éleva dans la montagne et commença à tourner vers l'Ouest d'où il venait.

 HAUT DE PAGE  

 

 

 

 

Un nuage mystérieux (3)

            Je fus alors conduit vers l'Est afin  d'ouvrir les sept sceaux pour Dieu. Pourquoi ici au tabernacle? Pourquoi pas là-bas? A cause d'une promesse que j'avais faite à mon église et selon laquelle tout nouveau message viendrait de ce tabernacle et serait enregistré ici. Dieu m'aidait à remplir ma promesse, à revenir ici pour l'accomplir. Alors je revins immédiatement.

            Vous avez peut-être remarqué que dans le songe de frère Jackson, il n'y avait pas d'inscription à l'intérieur du Rocher. C'est pour cela que je suis parti pour l'Ouest. je vous avais dit: "Un jour, je vous dirai ce que cela signifie". C'est pour cela que j'allai dans l'Ouest. Si jamais Jésus tarde, mes enfants et mes arrière-petits-enfants pourront témoigner que c'est la vérité éternelle du Dieu vivant. cela était scellé dans cette montagne. Ce n'était pas écrit. Il fallait que ce soit interprété.

            Et lorsque je revins le premier soir, le premier Ange ouvrit le premier sceau, c'était le contraire de tout ce que nous avions entendu jusque là! Et pour tous les sceaux ce fut pareil.

            Je ne savais pas en ce temps-là qu'on avait pris des photographies. Ces savants avaient pris des photos alors que les Anges descendaient du ciel pour apporter le message. Vous vous rappelez aussi que j'avais parlé de l'Ange qui était sur le côté droit de la constellation, placé d'une certaine manière et aussi comment je l'avais observé. Il était très différent des autres. Je ne savais pas que l'on avait pris des photos de cela, parce que j'étais parti immédiatement vers l'Est. Mais en rentrant à Tucson, je vis cela décrit dans tous les journaux comme étant un phénomène visible dans presque tout le pays, jusqu'au Mexique et aux Etats de l'Ouest. La nouvelle fut diffusée par l' "Associated Press". Le magazine "Life" l'a publiée. j'ai l'article avec moi ce matin. C'est la même chose que ce que j'ai vu là-bas. Vous voyez ce nuage en forme de pyramide? J'étais juste en-dessous. Vous voyez cet Ange distinct des autres sur le côté droit? Vous voyez son aile pointue? C'est exactement ce qui avait été dit. Et le voici pris du Mexique et de différents endroits où des photos ont pu être prises. Les savants essaient maintenant de recueillir le plus possible d'informations au sujet des gens qui ont pris ces photos. Ils sont en train d'étudier cela.

LIFE avril 1963
Un nuage mystérieux aucoucher du soleil. photo originale prise en avril 1963
Suspendu comme un gigantesque cercle de fumée, un immense nuage apparut au dessus de Flagstaff, Arizona, le 28 février dernier au soir. Ce fut le debut d'un long mystère scientifique.Des observateurs frappés par la structure inusité et par l'énorme dimension du nuage, prirent des photographies commes les trois ci-contre, à partir de localités différentes dans l'état.Dr James McDonald, un météorologue a l'Institut de Pysique atmosphérique de Tucson, recueillit les photographies. Il les utilisa comme base pour les calculs trigonométriques et fit l'étonnante découverte suivante: le nuage reposait à une altitude de 26 milles et mesurait plus de 30 milles de large. "Bien plus haut et plus grand qu'aucun nuage ne devait l'être". Le nuage était trop haut pour avoir été fait par un avion et jusqu'à date, toujours selon le Dr McDonald, il n'y eut aucune fusée, missile porteur ou bombe testée dans les environs ce jour-là. Il invite tous ceux ayant en leur possession des photographies de les lui prêter afin de lui fournir de nouveaux indices quant à ce fameux nuage de 26 milles de haut. Il est à noter qu'à cette altitude, il ne se forme aucune condensation pouvant former un nuage.

 

            Ils disent que c'est impossible que ce soit un nuage parce que l'humidité ne monte pas si haut. Il se trouvait à une altitude d'environ six à huit miles. pour survoler les océans, les avions volent généralement à une altitude voisine de dix-neuf mille pieds et vont au-dessus des orages. Mais selon cet article, le savant affirme que ce nuage avait une hauteur de ving-six miles. Il était beaucoup plus haut que l'altitude des nuages. Quand au bruit, combien se rappellent que j'avais dit que cela faisait penser au bruit d'un avion supersonique? Pourtant il n'y avait pas d'avions dans la région. Ils l'ont  affirmé dans le journal. Cela a été contrôlé. Cela ne pouvait non plus être la traînée que l'on voit derrière un avion à réaction, parce que cette traînée n'est rien d'autre que la vapeur d'eau qui sort des réacteurs, et de plus, cette traînée l'accompagne tout au long de son vol.

            Et voilà, ce nuage avait environ trente miles de large sur vingt-six miles de haut, comme je vous l'avais dit autrefois, bien avant que cette photo soit prise: "L'Ange du Seigneur a l'aspect d'une colonne de feu".

            L'autre jour(4) je tournai la photo vers la droite. et Jésus était là comme Il était dans les sept âges de l'Eglise, portant la perruque blanche, l'emblême de la Divinité Suprême. Il est l'Alpha et l'Omega. Il est le premier et le dernier.

 reproduit du magazine "WEATHERWISE"

 

Au soir du 28 février 1963, sur une région de plus de 200milles au sud-ouest des Etats-Unis, des observateurs furent témoins d'un impressionnant spectacle de nuage. Après trois mois d'efforts pour déterminer ce qui au juste avait attrié le regard, je n'en suis toujours pas certain moi-même et cela malgré le nombre toujours croissant d'indices pertinents.
Plusieurs présument qu'il ne s'agissait que d'une large traînée d'avion et c'est ce que j'ai cru aussi quand je l'ai aperçu en premier de Tucson. Mais la reponse quant à sa prodigieuse hauteur vint rapidement alors que les rayons du soleil couchant laissaient dans l'obscurité de hauts cirrus alors que l'anneau brillait encore d'une magnifique luminescence argentée. Après de rapides calculs basés sur la géométrie du soleil couchant, j'ai pu estimer son altitude à plus de 30km et j'ai immédiatement lancé un appel dans la presse et à la radio afin de recevoir les différents témoignages d'observateurs. Quelque 200 reportages furent reçus. Des appels subséquents pour des photographies rapportèrent un total de 85 photos provenant de 35 localités différentes.Nous savons maintenant que l'anneau reposait à une altitude de 43 km au-sessus du niveau de la mer (incertitude présenté d'à peu près 1 km) ce qui surpasse de beaucoup le champ de 20 à 30 km des nuages nâcrés de l'Anatartique. le nuage se trouvait directement au-dessus de Flagstaff, Arizona, à environ 18h40 et plusieurs excellentes photos montrant la variété sans précédent de la structure des vagues intérieures furent reçus de personnes habitant cette région.
Son étendue nord-sud était de plus de 80 km et sa largeur est-ouest était d'environ 50 km. tel un immense beigne, son centre était ouvert.
Bien que pour la plupart des obsevateurs d'Arizona, le nuage paraissait d'un blanc argenté; la plupart des reportages du Nouveau-mexique faisait part d'une irridescence.Il fut aperçu en Arizona, au Colorado, au nouveau-Mexique (Juarez près de 380 milles à partir de l'extrémité sud du nuage). Rapports aprés rapports j'ai pu lire les remarques pleines d'emphrases sur le fait qu'après une vie d'études de nuages, jamais auparavant n'en avait-il vu un si manifique que celui-ci.
Qu'était-ce? Je cherche encore la réponse à cette question. Aucun vol de X-15 n'avait été fait cette journée et même si cela avait été ainsi, le nuage formé par le lancement d'un X-15 ne surpasse jamais 27km. Les différentes bases d'essais et de défenses furent inactifs ce jour-là. Cependant nous avons rapporté la destruction intentionnelle d'une fusée au dessus de Vanderberg en Californie et les investigations à ce sujet se poursuivent encore au moment où j'écris ces lignes (4 juin 1963).
Une fusée porteuse de satellite militaire a explosé à une hauteur de 44 km à 13h52, heure du Pacifique, presque au-dessus de Vanderberg (base de l'armée de l'air). Il aurait fallu une moyenne brise pour pousser le nuage causé par cette explosion jusqu'au-dessus de Flagstaff 510 milles plus loin. Ce nuage aurait dû voyager à plus de 135 mph.
Des enquêtes aux bases de White Sands et de Pt. Mugu ont rapportés de très forts vents douze heures avant et apès la détonation mantionnée plus haut. Cependant, ces vents sont souvent trop bas pour être une bonne explication à cette énigme.
J'espère que les films photos-théodolites de la base du Pacifique sauront fournir les détails manquants quant àla vélocoté des vents et la direction des débris eux-mêmes. D'autres questions pertinentes sont toujours à l'étude. Ce nuage reposait en pleine zone d'exclusion de toutes particules d'eau et de glaces (environ 42 à 65km en moyenne ) là où les températures sont si chaudes que les pressions de vapeurs dépassent les pressions ambiantes. Si ce nuage était bien le résultat de l'explosion de Vanderberg, la persistance de circulation et de condensation après 4 heures de vent continu serait d'un intérêt météorologique considérable. Si toutefois ce nuage n'était pas dû à l'explosion, le mystère serait au même point qu'il était au coucher du soleil le 28 février.

 

photo prise à Albuquerque, Nouveau Mexique à environ 280 milles du nuage

 

 

J'ai témoigné à la science

Voici le témoignage du pasteur Pearry Green, de Tucson, Arizona, concernant ce mystérieux nuage.(5)

 

 

            Dans l'Etat d'Arizona, 85% du temps, les Chambres de Commerce annoncent qu'il n'y a pas de nuages dans le ciel. Et un article fut écrit dans "Science Magazine" du 19 avril 1963 par le Dr James McDonald, professeur de physique atmosphérique à l'Université d'Arizona. Et quand le nuage fut localisé par le Dr McDonald et d'autres en Arizona, un appel public demanda aux gens de photographier ce nuage et d'envoyer toute information qui pourrait être recueillie sur ce nuage.

            La chose qui faisait de ce nuage un phénomène était, qu'il avait 40 kilomètres (26 miles) de haut, chiffre obtenu par trigonomètrie et en étudiant les quelques 80 photographies reçues par ce professeur de l'Universitéd'Arizona. Des informations reçues, il ressortait que ce nuage s'apercevait jusqu'à 450 km (280 miles) dans une direction et à plus de 160 km (100 miles) dans beaucoup de directions. Il avait 80 km (50 miles) de long et 50 km (30 miles) de large, et il resta illuminé par le soleil 28 minutes après le coucher du soleil. Sachant qu'il n'y a pas d'avions qui puissent voler à une telle altitude, qu'il n'y a pas de fusées qui puisse transporter une telle humidité, que ceci se trouvait complètement hors de l'atmosphère terrestre, et qu'il n'y avait pas d'humidité et de gouttes d'eau desquelles puisse se former, se condenser un nuage - il fallait qu'il s'agisse de quelque chose hors de l'ordinaire.

            Le magazine "Life" intervint également, et le 17 mai (il est intéressant de noter que, d'après les Ecritures, c'est le même jour que Noé entra dans l'arche) - le 17 mai 1963, "Life Magazine" publia une photo de ce nuage, avec ces mots: "Un nuage qui est trop haut et trop grand pour être vrai, mais cependant, en voici une photographie!". Je n'avais jamais entendu parler de ce nuage avant de lire cet article dans cette parution du "Life Magazine". En regardant en arrière, je réalise que l'article était intéressant, mais je n'y avais pas attaché une grande importance. Etant un ministre du plein évangile, rempli du Saint-Esprit, je croyais être un membre de l'Epouse de Christ, mais je n'étais pas alors assez spirituel pour reconnaître que Jésus-Christ avait dit que Son retour serait accompagné de nuages.

            Et j'avais sous les yeux un nuage qu'un savant déclarait trop haut, trop grand pour être vrai. Il était impossible que cette chose fût un nuage, et pourtant, c'était là. Je n'étais pas assez spirituel pour reconnaître le fait que si cela n'avait pas une cause scientifique, il fallait que ce soit provoqué par une cause surnaturelle, par Dieu. Ce n'est qu'en 1964 que j'entendis la vérité concernant ce qui s'était passé, quand ce nuage apparut au-dessus de l'Etat d'Arizona.

            Pour certains, cela peut être difficile à accepter, mais n'est-il pas dit dans les Ecritures, à de nombreux endroits, que lorsque le Fils de l'homme est révélé, quand il apparaîtra, il y aura des nuages? Si vous regardez une photographie de ce nuage, vous pouvez y voir le visage de notre Seigneur Jésus-Christ, regardant et faisant face à l'Est, là où Jean le Révélateur l'a vu avec ses cheveux comme de la laine. Il n'est pas représenté comme un jeune homme - ainsi que nous le connaissons, cloué à la croix à l'âge de 33 ans - mais comme un juge. Et le monde sera jugé par la Parole qui a été exprimée à ce jour par la Révélation de l'Esprit de Dieu, qui fut une apparition de Jésus-Christ Lui-Même.

            Depuis qu'il y a eu des photographies de ce nuage, bien des gens ont écrit des articles à son sujet. Ce professeur McDonald, de l'Université d'Arizona a écrit un autre article dans le "Weatherwise Magazine" où il présente une théorie selon laquelle ce nuage pouvait avoir été causé par l'explosion, ce jour-là, d'une fusée de l'Armée américaine au-dessus du Pacifique. Et il se trouve qu'ils avaient des contrôleurs de vent parfaitement établis aux endroits nécessaires et qu'il n'y avait pas de vent ayant une vitesse ou une vélocité suffisante pour transporter les débris et l'humidité du lieu où était cette fusée, presque 800 km (500 miles) de la côte du Pacifique, jusqu'à la ville de Flagstaff (en Arizona) là où les gens purent voir directement ce nuage. Ils ont été incapables de trouver à ce nuage une explication scientifique.

            Mais, comme il y a des gens qui croient que frère Branham était le prophète de Dieu et la voix de Dieu pour notre génération, désireux d'avoir le maximum d'informations et de photographies, ils commencèrent à écrire à ce professeur. Finalement cela l'ennuya et il demanda à un croyant qui était venu le voir à son bureau quelle était la signification spirituelle donnée à ce nuage. Le croyant lui répondit: "Je ne peux pas tout vous expliquer, mais voulez-vous appeler le pasteur du Tucson Tabernacle, Pearry Green?". Il m'appela au téléphone et nous commençâmes à discuter. Il me demanda quel intérêt je pouvais avoir dans ce nuage. Je lui donnai ces versets d'Ecritures auxquels je crois tout simplement et lui dis que, étant pasteur et m'attendant au Retour du Seigneur, je croyais que, s'il n'y avait pas d'explication scientifique (ce qui était le cas), il devait y avoir une explication surnaturelle.

            Il aurait fallu des tonnes d'eau transportées en l'air et dispersées dans l'atmosphère pour former un aussi grand nuage. N'est-il pas étrange qu'aux jours de Noé, les savants essayèrent de prouver qu'il n'y avait pas d'eau et que, de nos jours, ils essaient de prouver qu'il y avait de l'eau dans le ciel? Et comme je commençais à lui expliquer ces choses, concernant seulement les Ecritures, lui-même dit: "Qui est cet homme, William Branham?" (Quelqu'un dans une lettre ou autrement, avait mentionné le nom de frère Branham).

            J'avais fait attention de ne pas dire tout ce que je savais à cet homme, car frère Branham avait dit aux frères qu'on n'accepterait pas cela; aussi je me gardai d'en parler. Mais il me pressa de questions. Alors, je dis: "Eh bien! c'est simplement un homme de Dieu que nous croyons être prophète, qui a mentionné ceci".

            Il dit: "Qu'en est-il de cette vision qu'il a eue?".

            Et je lui parlai de la vision et lui donnai l'explication du nuage. Il dit: "Vous savez, je ne peux pas accepter cette explication".

            Je dis: "Monsieur, il se peut que vous n'ayez pas d'explication, mais j'en ai une et je crois à la mienne!".

            Un journaliste entendit alors parler de tout ceci et il vint interviewer le Dr McDonald. pûis il vint m'interviewer moi-même. Et il parla avec frère Norman et frère Sothmann et il écrivit un article. Quand je lui parlai, j'obtins de ce reporter qu'il me montre l'article avant de le publier, car je désirais que les faits soient établis spirituellement, au moins une fois, en faveur de frère Branham.

            Par exemple, il avait écrit dans l'article original: "Branham a guéri des milliers de gens" et j'ai fait changer cela pour lire: "Frère Branham a prié pour des milliers de gens et Dieu les a guéris".

            Ce journaliste est maintenant un croyant du message. Lui-même croit que c'était une visitation de Dieu. Que c'était, de nos jours, l'accomplissement des Ecritures. Cela prouve la puissance de la Parole.

            Ce professeur continua en me disant que le reporter avait écrit son article mais que l'éditeur y avait fait des coupures. Résultat: il y avait dans cet article des choses qui n'étaient pas absolument correctes et qui avaient été lues par 250;000 lecteurs. Et le professeur s'emballa dans cette affaire et envoya au journal un autre article, disant qu'il avait été incorrectement cité, etc... Il dit: "Le pasteur Green devrait laisser la superstition au 14ème siècle, auquel elle appartient".

            Je me sentis obligé de l'appeler une fois de plus au téléphone. Et je lui dis que, s'il avait été mal cité, ce n'était pas l'oeuvre du reporter mais de l'éditeur du journal, qui nous avait mal cités tous les deux. Et il me rappela que c'était de la folie de croire à de telles choses. Et Dieu me donna un verset de l'Ecriture. Jésus parlait, un jour, avec les savants de son temps, en Matthieu chapitre 16, et il leur dit: Hypocrites, vous savez discerner la face du ciel... Vous pouvez regarder et dire: le ciel est rouge, il pleuvra demain... mais vous ne pouvez discerner les signes des temps. Je dirai aux gens du monde: les Ecritures disent que l'apparition du Fils de l'Homme est lié à un nuage. Je vous dis qu'il y a eu un nuage qui ne peut être expliqué par la science. S'il était expliqué par la science, je ne pourrais pas croire ce que je crois à son sujet. Mais il n'y a à ce nuage aucune explication.

            Et l'homme que je crois être le prophète de cet âge, notre frère William Branham, m'a dit que sept anges étaient venus à lui, lui avaient révélé les sept sceaux, l'avaient pris au milieu d'eux et que, quand ils l'eurent quitté, ils formèrent un nuage. Et je l'ai vu de mes yeux. C'est trop grand et trop haut pour être vrai, mais c'est réel. C'était surnaturel. Dieu l'envoya comme signe à l'Epouse.

HAUT DE PAGE  

 

 

 

Le Septième Sceau m'a intrigué toute ma vie

 

 

            Les sermons que frère Branham prêcha au moment de l'ouverture des sept sceaux d'Apocalypse chapitre six, du 17 au 24 mars 1963 furent enregistrés et plus tard publiés en un livre qu'on peut encore se procurer aujourd'hui.

            L'ensemble des mystères contenus dans les trois premiers sceaux se rapportent à l'histoire de l'Eglise, le quatrième est sur la séduction de la génération actuelle, le cinquième est pour le salut des Juifs, le sixième révèle le jour de colère de Dieu et le septième contient un mystère qui se déroule lors du retour secret du Seigneur Jésus-Christ pour enlever Ses élus à Sa rencontre dans les airs. Il serait trop long ici d'essayer de résumer ces mystères, néanmoins, vu que le septième sceau est étroitement relié au ministère de frère Branham, voici un aperçu de sa prédication sur l'ouverture de ce sceau. Citons d'abord le septième sceau qui se trouve dans Apocalypse chapitre 8 verset premier: Et lorsqu'il ouvrit le septième sceau, il se fit un silence au ciel, d'environ une demi-heure.

            Nous sommes reconnaissants envers Dieu pour ce qu'Il nous a révélé. Je suis resté là-haut dans ma chambre pendant huit jours; beaucoup d'entre vous comprenez le message que je vous ai transmis. Et je vous certifie que, tout au long de ces réunions, il s'est passé quelque chose de spirituel, mais j'étais sûr que vous ne le verriez pas. Il s'agit de ceci: c'est la confirmation absolue que l'interprétation de ces passages des Ecritures a été envoyée par Dieu, parce qu'en effet, avant même d'avoir commencé, avant même d'avoir quitté l'Ouest, le Seigneur m'a montré une vision; je l'ai déjà racontée. J'avais vu quelque chose, mais je ne savais pas ce que c'était: C'était une constellation de sept anges. Nous nous en souvenons. Ce récit se trouve sur la bande de la prédication intitulée "Messieurs, quelle heure est-il?". Voilà exactement ce que vous voyez maintenant.

            Vous vous rappelez ces petits messagers: ils se dirigeaient vers l'Est. Les seconds messagers, les colombes, allaient eux aussi vers l'Est. Ils étaient avec moi pendant tout ce temps. Ce sont ces "premier pull" et "deuxième pull". Mais, par contre, le "troisième pull" jaillit de l'Ouest à une vitesse effrayante, et tous trois m'emmenèrent.

            Cela préfigurait le retour vers l'Est avec les sceaux, comme le montrait le songe de Junior Jackson, dont le Seigneur me donna l'interprétation pour lui. A l'intérieur de cette pyramide, il y avait une pierre blanche, sur laquelle rien n'était écrit. C'est la raison pour laquelle il fallait que j'aille dans l'Ouest pour recevoir le message de ces anges, afin de pouvoir revenir ici le révéler à l'église. rappelez-vous ce que j'ai dit: "C'est ici dans cette église qu'arriveront les choses qui doivent se produire après cela". C'est exactement ce qui est arrivé!

            J'aimerais que vous remarquiez encore une chose qui s'est produite. Si vous écoutez la bande "Messieurs, quelle heure est-il?", vous remarquerez que l'un des anges avait attiré mon attention plus que les autres, qui me semblaient des anges ordinaires. Mais celui-là avait quelque chose de très remarquable. Dans la constellation en forme de pyramide, il était à ma gauche. Et rappelez-vous que c'est dans la pyramide que se trouvait le mystérieux caillou blanc sur lequel rien n'était écrit. Et les anges me firent entrer dans cette pyramide qu'ils constituaient - les mystères de Dieu qu'eux seuls connaissaient. Ainsi, ils étaient les messagers envoyés pour venir interpréter cette pyramide - ou ce Message - du secret des sept sceaux qui se trouvaient dans la pyramide.

            Or, cet ange qui était à ma gauche était réellement le dernier, ou septième ange; il était à ma gauche, vu qu'il se dirigeait vers l'Est. Ainsi donc le message du dernier ange serait quelque chose de remarquable. Vous vous souvenez comment j'avais dit qu'il tenait sa tête un peu en arrière, qu'il avait de grandes ailes élancées, et qu'il vola directement vers moi. Cela, c'est le septième sceau.

            Ils m'enlevèrent de là où je me trouvais, et je perdis immédiatement connaissance. Ils formaient une constellation - trois de chaque côté, et un au sommet. Et celui qui était le plus près de moi, en comptant de gauche à droite, aurait été le septième ange. Il était plus lumineux, et avait pour moi plus d'importance que les autres.

            Nous y sommes! Celui qui portait le septième sceau, ce sceau qui m'a intrigué pendant toute ma vie! Amen! Bien sûr que les autres sceaux représentent beaucoup pour moi, mais oh! vous ne savez pas ce qu'a été ce dernier sceau!

            Et maintenant, aussi sûr que je suis derrière cette chaire, j'ai reçu cette révélation en trois phases. Avec l'aide de Dieu, je vais vous parler de l'une de ces phases. Voici la révélation. Ce qu'il y a, c'est que ces sept tonnerres qu'il entendit et dont il lui fut interdit d'écrire quoi que ce soit... C'est ce mystère qui est caché derrière ces sept tonnerres, qui grondèrent l'un après l'autre.

            Pourquoi donc? Laissez-moi vous le prouver. C'est le secret que personne ne connaît. Il fut interdit à Jean de rien écrire à ce sujet. Il ne peut même pas écrire le moindre symbole. Pourquoi donc? Voici pourquoi. C'est parce qu'il n'y avait en ce moment-là plus aucune activité dans le ciel; autrement, il y aurait eu un risque que le secret fût dévoilé. Comprenez-vous maintenant? Il est si glorieux qu'il doit être inclus avec les autres, parce que cela doit arriver, mais quand les sept tonnerres... mais il y a un secret caché là-dessous. Gloire à Dieu dans les lieux très haut! Je ne pourrai jamais plus avoir les mêmes pensées jusqu'à la fin de ma vie.

            Je sais ce qui vient après cela, mais je ne sais pas comment l'interpréter. je l'ai écrit lorsque cela m'est arrivé; j'ai écrit: "STOP Ne va pas plus loin!".

            Je n'ai aucune tendance au fanatisme; je vous dis simplement la vérité. Mais, rappelez-vous, lorsque j'avais essayé de vous expliquer quelque chose au sujet de ce petit soulier...

            Je tenais un petit soulier d'enfant quand Il me parla, disant: Maintenant, accomplis ton "premier pull"; quand tu l'auras fait, le poisson sautera sur l'appât. Ensuite Il dit: Observe ton "second pull", car il n'y aura que des petits poissons. Il dit enfin: Alors le"troisième pull", c'est lui qui l'obtiendra.

            Et alors, touts ces prédicateurs m'entourèrent, disant: "Frère Branham, nous savons que vous pouvez l'accomplir. Alléluia, frère Branham!" . (Cest cela qui me lie toujours! j'ai toujours autour de moi une troupe de prédicateurs. J'aime les gens, mais ils veulent toujours qu'on leur explique tout).

            Et tout cela n'a fait que donner le départ à quantité de contrefaçons. J'avais dit comment il fallait prendre la main de la personne, la tenir, et de sentir la vibration, mais alors, chacun ressentit des vibrations dans les mains! Et rappelez-vous lorsqu'Il me ravit là-haut et dit: Ceci c'est ce "troisième pull", et personne ne doit le connaître! Vous souvenez-vous de cela? Les visions ne mentent jamais! Elles sont la vérité parfaite!

            Alors, je vis cette Lumière qui parlait à quelqu'un au-dessus de moi - cette Lumière que vous avez vue sur la photo. Elle s'éloigna de moi en tourbillonnant, et alla se placer au-dessus de cette tente, et me dit: Je te rencontrerai là. Ce sera le "troisième pull"; tu n'en parleras à personne.

Et, dans le Sabino Canyon, Il me dit aussi: L'Epée, c'est le "troisième pull". Il y a trois choses glorieuses qui vont avec cela; l'une a été dévoilée hier, l'autre a été dévoilée aujourd'hui, et la troisième, je ne peux pas l'interpréter, car elle m'a été donnée dans une langue inconnue.

            Je me tenais là, regardant cette chose (sept anges) en face: c'était ce "troisième pull" qui arrivait. Oh mon Dieu! Voilà pourquoi les cieux se turent!

            Il est préférable que je m'arrête ici. Je sens que je suis empêché d'en dire plus long à ce sujet. Vous comprenez? Rappelez-vous seulement que, si la raison pour laquelle Il ne l'a pas révélé, c'est parce que personne ne doit rien connaître à ce sujet. Et j'aimerais que vous sachiez que la vision me vint des années avant que je sache quoi que ce soit à mon sujet. Tout cela prend exactement sa place dans la Parole. Dieu connaît mon coeur, et je peux dire que je n'ai jamais pensé à une telle chose auparavant, et voilà que cela arrive. Il est plus tard que nous ne pensons! Oh mon Dieu! Tout cela montre que cela vient de Dieu, car, comme vous pouvez le voir, tout cela correspond exactement aux promesses de Dieu du message du temps de la fin.

            Il a révélé les six sceaux, mais Il ne dit rien du tout du septième. Ce sceau du temps de la fin, lorsqu'il commencera, la Bible dit que ce sera un secret absolu. Avant de le connaître... Rappelez-vous Apocalypse 10:1-7: à la fin du message du septième ange, TOUT le mystère de Dieu serait accompli! Nous sommes au temps de la fin, au temps de l'ouverture du septième sceau.

            Dieu m'est témoin que je dis la vérité, que ces choses, je les ai discernées par le Saint-Esprit. Et chacune d'elles a été identifiée dans la Bible. Maintenant, quel est le grand secret caché derrière ce sceau? Je l'ignore! Je ne le comprends pas. Je n'ai rien pu en dire. J'ai juste répété ce qui était dit. Mais je sais que cela se trouvait dans ces sept tonnerres qui grondèrent l'un après l'autre, tonnant à sept reprises, et cela dévoila quelque chose que j'aie vu.

            Alors, j'ai cherché l'interprétation de ces choses, et je n'ai pu la trouver. c'est l'exacte vérité. L'heure n'a pas encore sonné pour ces choses, mais nous nous en approchons! Nous en sommes tout près! Ainsi, ce que vous devez vous rappeler, c'est que je parle au Nom du Seigneur: soyez prêts, car vous ne savez pas à quel moment quelque chose pourrait arriver!

 

 

            Par la suite, dans les mois et les années qui suivirent l'ouverture des sept sceaux, frère Branham fit d'intéressantes déclarations, en voici quelques-unes.

 

 

            Vous avez entendu la bande les sept tonnerres: "Messieurs, quelle heure est-il?". C'est arrivé l'autre jour! Vous savez ces choses. le temps est proche, le temps est proche, Eglise! N'attendez pas plus longtemps. Voyez, comment savez-vous si l'enlèvement n'est pas en train de se produire tout le temps. La première chose qui arrivera à votre connaissance, cela sera terminé l'un disparaissant ici et là, la première chose que vous saurez, il sera parti et le jugement frappera le monde.(6)

            On me demanda: "Alors, la révélation de ces sept tonnerres qui ont fait retentir leurs voix ne sera-t-elle pas donnée à quelqu'un?".

            Je répondis: "Non, monsieur. Cela consisterait à ajouter ou à retrancher quelque chose à la Parole". Tout est révélé ici et l'ouverture des sept sceaux montra ce que c'était. Il est toujours cette Parole, comprenez-vous? Vous ne pouvez sortir de cette Parole. L'Esprit de Dieu, ne quittera  jamais cette Parole. Il se tiendra au milieu de cette Parole, aveuglant les uns, et ouvrant les yeux aux autres. (7)

            Après que cela ait été accompli, Il le révèle, Il montre ce qu'Il a fait. Il ne révéla jamais complètement Son mystère. C'est exactement ce que nous pouvons voir dans les sept sceaux. Lorsque Dieu utilisa Martin Luther pour faire sortir cette première église, lorsqu'Il utilisa John Wesley, Il les fit sortir progressivement, apportant progressivement la révélation pour l'âge de l'église dans lequel ils vivaient. Tout le monde peut parcourir la Bible et découvrir - mais dans les derniers jours - c'est parce que ce serait quelque chose d'absolument extraordinaire qu'Il en parla ici et montra ces sept tonnerres, et que les journaux "Look" et "Life" ont montré la photo de ce "cercle de nuages et de lumière", dont ils ne comprirent pas le sens et dont ils ne comprennent toujours pas le sens. Mais Il me dit: Va là-bas et attends jusqu'à ce que ces mystères soient révélés. Il me fallut attendre plusieurs mois, mais alors, tout se passa exactement comme Il l'avait dit. (8)

            Oh! frères et soeurs, l'avez-vous bien saisi? Ne comprenez-vous pas que, suivant ce que Dieu avait dit, la Parole devait être voilée durant tous ces âges, mais qu'Elle serait exposée dans les derniers jours? Que ces sept sceaux seraient brisés, et que toute la scène serait rendue visible au peuple? Tout cela devait arriver, car à l'heure du message du septième ange, il est dit dans Apocalypse 10:7 que tous les mystères de Dieu seraient révélés; qu'il serait démontré dans la dernière heure comment Christ serait rejeté de Son Eglise, et comment le Fils de Dieu révélerait à nouveau le Fils de l'Homme. Il montrerait également comment l'Eglise devrait être remise en ordre, dans les derniers jours: sans crédo, ni dénomination non plus; mais seulement la Parole vivante dans l'individu. (7)

            Remarquez le jour-même quand ce messager, non pas lorsqu'il débuta, mais lorsqu'il commença à proclamer son message. Voyez-vous? La première phase de son ministère fut la guérison; la deuxième phase - la prophétie; la troisième phase - l'ouverture de la Parole, les mystères révélés. Il n'y a pas d'ordre supérieur aux prophètes pour révéler la Parole. Mais le seul moyen par lequel un prophète puisse être attesté, c'est par la Parole. Souvenez-vous, la troisième phase fut l'ouverture des sept sceaux pour révéler la vérité cachée qui avait été scellée dans la Parole. L'apercevez-vous maintenant? (9)

 HAUT DE PAGE  

 

 

Témoignages de guérisons

 

 

            J'ai été très ému, il y a quelques instants, en parlant à une vieille dame d'environ 95 ans. juste avant que je parte dans l'Ouest, il y avait dans l'Ohio une petite fille qui avait la leucémie; elle était à la dernière extrémité. Or, vous savez que la leucémie est un cancer du sang. Or, la pauvre petite était dans un tel état qu'il n'y avait plus aucun espoir de la guérir. On la nourrissait par les veines. Et ces gens étaient si pauvres! Alors, Mme Kidd et frère Kidd leur parlèrent tellement du Seigneur qui répondait aux prières, qu'ils se réunirent, je pense, et louèrent une voiture pour amener la petite fille.

            C'était une très jolie petite fille de six ou sept ans - ou peut-être de neuf ans. Elle était là, dans la chambre, et quand nous nous approchâmes du Seigneur, le Saint-Esprit dit une parole pour elle. Quand je pense dans quel état ils avaient dû l'amener, et comment ils devaient la nourrir! Et quand ils s'en retournèrent, elle se mit à crier pour qu'on lui donnât un "hamburger", qu'elle pût manger ainsi, avec sa bouche! Ils le lui donnèrent, et depuis lors, elle put manger normalement.

            Peu après - quelques jours seulement après cela, ils la ramenèrent chez le médecin - et le médecin ne pouvait tout simplement rien y comprendre! Il dit que c'est comme si ce n'était pas la même petite fille! Il dit: "Il n'y a plus la moindre trace de leucémie - nulle part!". Et elle avait été mourante. Ils l'avaient abandonnée, se contentant da la nourrir par les veines. Elle était devenue toute jaune, et maintenant, elle va à l'école et joue avec les autres enfants; elle est parfaitement heureuse!

            Cela me rappelle un autre cas. Un jour, je venais juste de rentrer à la maison; il y avait là quelques personnes, sauf erreur des Episcopaux, ou des Presbytériens, qui avaient emmené du Kansas une petite fille; elle avait la leucémie - c'était un cas désespéré: les médecins l'avaient condamnée, ne lui donnant plus, je crois, que quatre jours à vivre.

            Elle avait tellement mal... Alors ces gens, bravant l'hiver et les routes couvertes de neige, utilisèrent ces quatre jours pour venir chez moi avec elle, afin que l'on priât pour elle. Le grand-père, un vieillard de fort belle apparence, aux cheveux gris... Il y avait déjà deux jours qu'ils étaient là; ils logeaient dans un petit motel de ce côté-ci du Silver-Creed. J'allai donc là-bas cette nuit-là pour prier pour elle.

            J'arrivai très tôt le matin. Le grand-père arpentait la chambre, et la mère essayait de soigner l'enfant. Pendant que je m'agenouillais pour prier, le Saint-Esprit me révéla un secret qu'il y avait entre le père et la mère, quelque chose qu'ils avaient fait. Je les pris à part, et leur posai des questions à ce sujet. Ils se mirent à pleurer, et dirent: "C'est vrai!".

            Alors, je regardai en arrière, et je vis la petite fille, sautant à la corde et jouant... Au bout d'environ trois semaines, ils m'envoyèrent une photo, montrant la petite fille de retour à l'école, sautant à la corde, n'ayant plus aucune trace de leucémie. (10)

            Il n'y a pas très longtemps une dame m'appela au téléphone et me dit: "frère Branham, ma fille a la maladie de "Hodgkin" (c'est un cancer qui forme des caillots). Le médecin avait pris un morceau de caillot dans sa gorge, et l'avait envoyé pour le faire examiner. C'était vraiment la maladie de Hodgkin.

            Ainsi, le médecin dit: "Le prochain caillot peut faire irruption dans son coeur, et si cela arrive, c'est la fin". Il ajouta: à voir comme se forment les caillots, elle n'aura probablement pas pour plus de trois mois à vivre".

            La mère dit: "Dois-je la renvoyer à l'école?".

            Il répondit: "Qu'elle y aille, car elle s'en ira probablement tout-à-coup. Laissez-la aller et vivre aussi normalement que possible. Ne lui dites rien de cela".

            Ainsi, cette dame me demanda: "Que dois-je faire?".

            Je lui dis: "Amenez-la ici, et placez-la dans la ligne de prières, et tenez-vous avec elle". (J'eus un sentiment un peu bizarre).

            Quand la jeune fille vint ce matin-là, les lèvres maquillées de bleu, comme ils le font à l'école... lorsque cette petite s'approcha (je ne savais pas qui elle était) je touchai sa main et dis: "Bonjour, ma soeur". La voilà! C'était elle. je regardai sa mère un instant, et je vis que les deux étaient sans Dieu, sans Christ. Je dis: "Comment pouvez-vous espérer la guérison sur cette base-là? Voulez-vous accepter Jésus-Christ pour votre Sauveur personnel? Voulez-vous venir à ce bassin ici et être baptisées au Nom de Jésus-Christ pour la rémission de vos péchés?".

            Elles répondirent: "Nous le voulons!". Oh! et vous savez ce qui arriva? La jeune fille fut ramenée chez le médecin, et on ne trouva plus en elle la moindre trace de la maladie de Hodgkin! (11)

 HAUT DE PAGE  

 

 

 

Témoignages de résurrections

 

            J'ai tenu dans le Connecticut une réunion dans une grande salle bien connue. Il y avait présent avec moi sur la plate-forme un docteur Barten, un médecin chrétien. il y avait aussi là une chrétienne connue. C'était une femme riche et de belle figure. Elle était assise à peu près à ma gauche. J'avais commencé la ligne de prières quand je remarquai cette femme, tout-à-coup elle glissa sur le sol. Sa fille se mit à crier, ce qui interrompit la réunion. Moi, je continuai, n'ayant reçu aucune parole du Seigneur au sujet de cette femme.

            Lorsque quelqu'un meurt paisiblement, on peut lui fermer les yeux; mais si vous mourez à la suite d'un choc nerveux, au moment où votre coeur s'arrête, vos yeux se retournent et le blanc apparaît. C'est ce que je remarquai lorsqu'elle s'affaissa. On appela le docteur Barten qui accourut, lui prit le pouls et secoua la tête. il posa une main sur elle et appuya son oreille sur son coeur: elle était morte.

            Quelqu'un parla d'appeler le frère Branham. on dit: "Nous ne voulons pas l'appeler dans la ligne de prières, car il est en train d'exercer le discernement. Appelons le petit Branham". C'était Billy. Mais comme il s'agissait d'une personne morte, il ne voulait pas.

            Vous savez, les gens se méfient des morts. Pourtant ce n'est rien de plus qu'une envoloppe! Il n'y a là rien de particulier. La personne n'est plus là personnellement parce qu'elle est morte.

            Mais aussitôt le Saint-Esprit me parla. Je quittai ma place, descendis de la plate-forme et me dirigeai vers elle. J'étais à peine parti que le Saint-Esprit me parla. Alors je dis: "Mary!".

            Elle me répondit: "Oui, frère Branham!" Elle était bien. Elle ne nous avait jamais vus auparavant et c'était la première réunion où elle était venue.

 

 

            A Shawano, il y a quatre ou cinq ans, je parlais à l'arsenal. Il y avait beaucoup de monde. c'était la plus grande assemblée luthérienne d'Amérique. Il y avait là un vieillard d'environ 80 ans avec sa brave femme. Pendant que je parlais, je remarquai que la tête de cet homme se mit à basculer en arrière, puis ses mains se relâchèrent et lui-même s'affaissa en basculant en avant: il était là sur sa chaise, mort! Sa femme se mit à crier: "Venez m'aider! Venez m'aider!".

            Je regardai et dis: "Restez assis! Gardez silence!". J'attendais que le Seigneur me donne une Parole. Je me préparais à faire l'appel à l'autel, et c'est juste à ce moment-là que Satan choisit pour se montrer.

            Avez-vous remarqué ce qui se passe lorsque vous commencez à faire un appel à l'autel? Les bébés commencent à crier et il y a toutes sortes de choses comme cela. C'est Satan! Vous qui êtes spirituels, vous comprenez.

            Le Seigneur me donna le nom de cet homme. Je l'appelai et il revint à la vie, c'est tout!

 

 

            Ce matin, j'avais remarqué notre frère Way qui était parmi nous. Il était debout tandis que nous chantions "Gloire! Gloire! Gloire! Alléluia!" et que nous nous serrions la main. Je l'ai vu avoir son attaque quand sa tête bascula en arrière. Frère Way n'est pas le genre d'homme à avoir des malaises ou des évanouissements. Je le vis tomber en arrière; je vis sa femme, infirmière diplômée, prendre son pouls. Elle se mit à crier, car son pouls s'était arrêté.

            Soeur Nash, une soeur de couleur qui vient chez nous, et quelques autres accouruent. Madame Way me faisait des signes pour que je vienne vers son mari. Mais je dis: "Restez tous tranquillement à vos places!". Ne vous excitez jamais dans ce genre de situation. C'est ce que Satan cherche. Attendez simplement pour savoir ce que le Seigneur va dire. Si c'est quelqu'un qui est en chemin pour entrer dans la gloire, ce qui doit nous arriver à tous un jour ou l'autre, il n'y a pas meilleur endroit que l'église pour cela.

            Mais ce frère devait revenir. Je pensais qu'il s'était peut-être évanoui ou quelque chose de semblable, mais je vis sa tête basculée et ses yeux exhorbités dont ne voyait plus que le blanc. On ne peut pas faire cela exprès avec ses yeux. Cela se passe lorsque le coeur s'arrête. Je traversai la plate-forme. Une personne charitable avait mis quelque chose sous sa tête. Mais ses pieds, ses mains, tout était déjà raide. Son visage était d'un noir rougeâtre aussi foncé que ma veste, et ses yeux étaient révulsés. Je connais les symptômes d'une crise cardiaque. Lorsqu'on l'a vu une fois, on ne peut plus l'oublier. Je lui pris le pouls; il n'y en avait pas plus qu'à ce pupitre. Sa femme, infirmière diplômée, le lui avait aussi pris; il était nul.

            L'autre jour, j'avais eu frère Way dans une ligne de discernement et j'avais vu qu'il avait un souffle au coeur. C'est pourquoi je me dis: "C'est une crise cardiaque". Alors je posai mes mains sur lui en disant: "O mon Dieu! Au Nom de Jésus-Christ, je rappelle à la vie l'âme de mon frère". Et devant le Dieu Jéhovah et devant cette Bible, j'affirme que lorsque je pris son pouls (et je sais que j'aurai à répondre de cela au jour du jugement si je mens), j'entendis son pouls battre rapidement cinq ou six fois comme cela: boum, boum, boum, boum... puis normalement.

            Il essaya d'ouvrir la bouche et produisit une espèce de gargouillement. Finalement, il dit: "Frère Branham!". Puis il eut l'air de vouloir se rendormir. J'attendis un moment et contrôlai son pouls: il battait normalement. Je le regardai, il dirigea son regard vers moi. Il avait l'air un peu assommé, il ne savait plus où il était. Mais son coeur battait normalement: Dieu l'avait rappelé à la vie. (12)

 HAUT DE PAGE  

 

 

Jugement de Dieu sur la côte ouest

 

 

            En février 1964, tandis que frère Branham chassait le sanglier avec un groupe de croyants, ils campèrent à l'endroit où les sept anges étaient descendus, à Sunset Mountain, à environ 37 miles au nord-est de la ville de Wilcox, Arizona. Frère Branham raconte:

 

 

            Nous gravissions la montagne avec le frère Banks Wood qui avait laissé sa femme malade à la maison. Comme il montait derrière moi, je vis son visage devenir de plus en plus rouge et je pensai qu'il avait de la peine à escalader cette colline. Alors je ralentis. Je reconnus ces mêmes collines désertes où les anges du Seigneur m'étaient apparus et maintenant nous avancions dans cette direction. Parvenu au sommet de la colline, je regardai autour de moi. Alors l'Esprit de Dieu me dit: Prends cette pierre et dis à ton compagnon: AINSI DIT LE SEIGNEURtu verras la gloire de Dieu dans les toutes prochaines heures. Je ramassai la pierre et je dis: "frère Banks, je ne sais pas pourquoi", et la jetant en l'air j'ajoutai: "AINSI DIT LE SEIGNEUR, tu verras la gloire de Dieu.

            Il demanda: "Cela concerne-t-il Ruby, ma femme?".

            je lui répondis: "Non, je ne pense pas que cela soit en rapport personnel avec toi ou ta femme, je sais seulement qu'il a été dit: AINSI DIT LE SEIGNEUR".

            Beaucoup d'hommes se retrouvèrent avec nous le matin suivant. l'un d'eux, un pasteur, se leva et, s'approchant de moi, me dit: "Frère Branham, mon nom est Douglas McHugues. j'étais un de vos aides en Californie". Je lui serrai la main et il me dit: "Je désire vous demander quelque chose: Le Seigneur vous donne-t-il également des visions?".

            "Oui, frère" répondis-je, "mais je suis venu ici pour me reposer un peu". Mais en me retournant je vis en vision un médecin assis, en train de l'ausculter et lui disant: "Pasteur mcHugues, l'allergie qui se manifeste dans votre oeil causera la perte de celui-ci. Je vous ai soigné pendant deux ans et je ne puis plus rien pour vous".

            Je me retournai et lui dis: "Ce que tu voulais me demander se rapporte à l'allergie de ton oeil dont le médecin t'a parlé l'autre jour". Il était environ 11 heures du matin et il portait des lunettes de soleil. "Ainsi" lui dis-je, "ce n'est pas à cause du soleil que tu portes des verres sombres, mais à cause de ton oeil, car le médecin t'a affirmé que vas le perdre".

            Il répondit: "Cela est exact" et il se mit à pleurer. Comme je me tournais pour m'éloigner, je regardai et je le vis (à nouveau en vision) comme s'il se tenait devant et il me regardait avec des yeux tout à fait clairs. je dis alors: "AINSI DIT LE SEIGNEUR, tu ne perdras pas cet oeil". Cet automne j'étais avec lui à une partie de chasse et il voyait mieux que moi ou n'importe lequel d'entre nous.

            Puis, une autre vision se présenta et je vis une dame âgée ôtant ses bas, remontant le côté de sa jupe et disant: "Mon fils, si tu vois frère Branham, dis-lui de prier pour mes pieds". Et comme je les regardais, j'y vis comme de petites tumeurs. Alors je lui dis: "Ta mère est une dame aux cheveux gris. Avant de la quitter, elle t'a dit que, si tu me voyais, de me demander de prier pour ses pieds; ils sont recouverts de petites tumeurs". Il a failli s'évanouir et dit: "C'est la vérité".

            Je lui déclarai: "Rassure-la, elle n'a plus à se faire de soucis, tout ira bien".

            je m'apprêtais à partir, lorsque j'entendis la voix de Dieu: Sors rapidement du chemin. Roy Roberson se trouvait là et je savais qu'il était un vétéran de guerre. Je posai ma main sur son épaule et lui dis: "Frère Roy, cache-toi aussi vite que tu le peux".

            Il dit: "Que se passe-t-il?".

            Je lui dis: "Sors vite du chemin et cache toi!".

            Pendant qu'il s'enfuyait, je posai la pelle dont j'étais en train de me servir, puis je me retournai, enlevai mon chapeau et voici: Il vint! La gloire de Dieu descendit dans un tourbillon qui arracha un grand pan de rocher au côté de la montagne. Il y eut comme un souffle d'air produit par une explosion et l'endroit où je me trouvais fut secoué. L'avalanche des pierres projetées coupa le haut des buissons qui tournoyèrent à une hauteur de trois à cinq pieds au-dessus de ma tête. Le tourbillon s'éleva ensuite comme dans un entonnoir, puis le même grondement se fit à nouveau entendre, et cela à trois reprises. Lorsque le tremblement cessa, après la troisième fois, frère Banks vint vers moi et me dit: "C'est ce dont vous avez parlé,".

            "Oui" lui dis-je.

            "Qu'était-ce?" me demanda-t-il.

            Je lui répondis: "Dieu apparaît dans des tourbillons". Je ne savais pas si Dieu voulait que je parle de cela aux gens. Je priai quelques instants et Dieu m'autorisa à le faire. J'ajoutai: "C'est le jugement frappant la côte ouest". (13)

 HAUT DE PAGE  

 

 

Los Angeles au fond de la mer

 

 

            Le 27 Décembre 1964, prêchant à Phoenix, Arizona, dans l'assemblée de James Outlaw, frère Branham apporta un message intitulé: "Qui dit-on que je suis?". Il monta en chaire et commença ses observations en disant:

 

 

Frère Branham et son fils Joseph à Sunset Mountain, Arizona, mai 1965

 

            "Regardez ces tremblements de terre en Californie. Je prédis qu'avant le retour du Seigneur Jésus, Dieu va noyer cet endroit. Un morceau de 1,500 miles de long, 370 miles de large à l'intérieur des terres, jusqu'à Salton Sea, pourrait glisser sur 37 miles dans l'océan, à 5,000 pieds de profondeur. je crois que Hollywood, Los Angeles et tous ces lieux de souillure par là vont être engloutis par le Dieu Tout-Puissant. Tout cela va descendre au fond de la mer".

 

 

            Le 29 avril 1965, frère Branham vint prêcher dans la ville-même de Los Angeles, Californie. Juste après son sermon, une de ses très chères amies, soeur Florence Shakarian, chanta un cantique. Elle avait été malade assez longtemps, et quelques mois plus tôt, son frère Demos Shakarian avait appelé frère Branham et lui avait demandé de prier pour sa soeur Florence qui se mourait du cancer. Frère Branham s'était approché du Seigneur par la prière et avait cherché Dieu en lui demandant de lui donner une parole pour soeur Florence.

            Laissons Billy Paul, le fils de frère Branham, nous donner les détails qui sui vent. (14)

 

 

            Nous étions à Jeffersonville lorsque mon père m'apprit qu'il voulait voir le frère Demos Shakarian, président des Hommes d'Affaires du Plein Evangile. Une fois arrivé à Phoenix, Arizona, il a téléphoné au frère Demos et lui a dit: "Je ne veux pas dire cela à Florence, mais elle va s'en aller, s'il y a quelque chose qu'elle doit mettre en ordre, soit avec le Seigneur ou avec la famille, elle ferait mieux de le faire maintenant, parce que le Seigneur va la reprendre bientôt".

            Demos est allé chercher Florence et papa lui a déclaré ceci: "J'ai vu un cercueil et votre père à côté, vous allez partir bientôt, Florence".

            Ensuite, il y a eu cette convention où papa prêcha un sermon intitulé: "Le choix d'une Epouse". A la fin du sermon, il parla aux gens de la ville de Los Angeles, Californie: "Vous ignorez à quel moment cette ville va s'écrouler là, au fond de l'océan. O Capharnaüm, dit Jésus, toi qui a été élevé jusqu'au ciel, tu seras abaissée jusqu'au séjour des morts. Car si les miracles faits au milieu de toi avaient été faits en Sodome et Gomorrhe, elles subsisteraient encore aujourd'hui. Or, Sodome et Gomorrhe reposent au fond de la mer Morte, et Capharnaüm est au fond de la mer. Toi, ville qui clames être la cité des anges, qui t'es exaltée jusqu'au ciel et a exporté toute ta souillure, toute ta saleté de modes au point que même les pays étrangers viennent ici chercher cette saleté pour l'emporter ailleurs. Avec tes belles églises, tes clochers et le reste, ta manière de faire, souviens-toi qu'un jour tu reposeras au fond de la mer. Ton terrain rongé est comme un rayon de miel. La colère de Dieu s'annonce juste en-dessous de toi. Combien de temps encore maintiendra-t-Il la barrière de sable qui pend au-dessus, jusqu'à ce que l'océan, qui est là à 5,000 pieds de profondeur, glisse jusqu'à Salton Sea. Ce sera pire que le dernier jour de Pompéï! Repens-toi, Los Angeles! Repentez-vous, vous tous, et tournez-vous vers Dieu! L'heure de Sa colère est sur la terre. Fuyez pendant qu'il en est encore temps et venez à Christ.

            Quand papa eut fini d'apporter son message, Florence s'est levée et a chanté: "Doux Jésus, doux Jésus, comme Tu es merveilleux". Elle leva les mains et commença à chanter dans l'Esprit. A ce moment-là, l'atmosphère du Saint-Esprit se répandit dans toute la salle. Pendant que les gens louaient le Seigneur, un frère se leva et prophétisa: "Ansi dit le Seigneur, ma fille, Dieu T'a entendue ce matin et T'a guérie, et tu ne mourras pas!".

            Puis il s'est assis et les gens ont commencé à louer le Seigneur. Papa était assis sur l'estrade. Une fois le service terminé, nous sommes allés faire une marche. J'avais la tête basse lorsqu'il me demanda: "Qu'est-ce qu'il y a; Paul?".

            "Oh! rien du tout" répondis-je.

            "Ne veux-tu pas aller en Afrique?".

            Je dis: "Oh! je ne sais pas".

            "De toutes manières" ajouta-t-il, "ils ne me feront pas prêcher là-bas. Si tu ne veux pas y aller, si tu crains de laisser Loyce et les garçons, tu n'as pas besoin d'y aller".

            Je dis: "Non, ce n'est pas cela, papa".

            Il dit: "Mais qu'est-ce, Paul?".

            Je répondis: "Papa, tu te rappelles de m'avoir dit, lorsque j'étais un tout petit garçon, lorsque tu m'as parlé de l'Ange du Seigneur?

            "Oui".

            "Et au travers des années tu m'as enseigné que je devais respecter lorsque Dieu parlait".

            "Oui".

            Tu m'as dit que, lorsqu'un message venait en langues, en prophétie, en interprétation, de respecter cela". J'ajoutai: "Papa, je ne comprends pas. Il y a de la confusion".

            Il dit: "Mais quelle confusion, Paul?".

            Je dis: "Là, tu venais de prêcher, et tu m'as dit des mois auparavant, que Florence allait mourir, et tu as dit aux gens dans tout le pays, que Florence allait mourir. Tu l'as dit à elle et à Demos, et puis ce frère se lève dans la réunion et prophétise: "Ainsi dit le Seigneur" qu'elle n'allait pas mourir, et tu es resté assis là simplement sans rien dire".

            Il dit: "Mais j'avais dit ce que le Seigneur m'avait dit de dire. Paul, j'aimerais te dire quelque chose; où te trouves-tu? Où sommes-nous?".

            Je répondis: "En Californie".

            "Mais sois plus précis que cela" dit-il.

            Je dis: "A Los Angeles".

            "Sois plus précis que cela".

            Je regardai autour de moi et dis: "Au centre-ville de Los Angeles".

            Il répéta: "Sois encore plus précis que cela".

            Je dis: "Nous sommes là devant la Compagnie May".

            Alors il me déclara: "Le même Dieu qui m'a dit que Florence allait mourir, m'a dit de te dire en ce moment (il se peut que je ne sois plus ici), que tu ne seras pas un vieil homme avant que les requins ne nagent où tu te trouves aujourd'hui".

            Le 11 septembre 1965, frère Branham prêchait à Phoenix. Un frère, Carl William, reçut alors un appel téléphonique de Los Angeles annonçant que soeur Florence était décédée la nuit précédente. Quand frère Branham reçut le message, il se retourna et dit: "Essayez de savoir à quelle heure elle est morte". Quand il demanda la communication on l'informa qu'elle était décédée à 3 h 45 du matin. Il répondit: "C'est bien cela, l'Ange du Seigneur m'avait dit qu'elle mourrait entre 3 et 4 heures du matin".

            Un message en langues et son interprétation avait dit qu'elle ne mourrait pas, tandis que l'Ange de Dieu avait dit au prophète qu'elle mourrait et lui avait même donné l'heure. Beaucoup avaient préféré croire la meilleure nouvelle, mais ils avaient oublié de l'éprouver, car Dieu ne fait rien de contraire à ce qu'Il a montré à ses serviteurs les prophètes.

 

 

_____________

(1) - Le Septième Sceau, Jeffersonville, 1963. Rendre un service à Dieu en dehors de Sa volonté,

       Shreveport, Louisiane, 1965. Quelle est l'attraction sur cette montagne? Jeffersonville 1965.

(2) - Votre vie est-elle digne de l'Evangile? 1963. Quelle est l'attraction sur cette montagne? 1965. Rendre        un service à Dieu en dehors de sa volonté, 1965.

(3) - Se tenant dans la brèche, 23 juin 1963.

(4) - Quelle est l'attraction sur cette montagne? 1965.

(5) - Les actes du prophète, Pearry Green, pages 102, 104-106.

(6) - Dieu dans la simplicité, Albuquerque, Nouveau-Mexique, 1963.

(7) - Dieu dévoilé, Jeffersonville, 14 juin 1964.

(8) - Christ est la révélation du mystère de Dieu, Jeffersonville, 1963.

(9) - Les oints du temps de la fin, Jeffersonville, 1965.

(10) - Le Quatrième Sceau, Jeffersonville, 1963.

(11) - La plus grande bataille jamais livrée, Jeffersonville, 1962.

(12) - Le signal rouge de Sa venue, Jeffersonville, 23 juin 1962.

(13) - La nourriture spirituelle au temps convenable, Jeffersonville, 1965.

(14) - Vivre le message, - témoignage de Billy Paul Branham.

   

 

 

 

 

 Suite...

 

HAUT DE PAGE